Actualité·Équilibre·Prendre soin de soi

5 clés enchantées pour créer son équilibre travail – vie personnelle en tant que femme professionnelle de santé

Être une femme professionnelle de santé, jour après jour, n’est souvent pas de tout repos!

Et pourtant, quelle voie emplie de magie lorsque nous pouvons la vivre épanouie!

Voici donc 5 clés enchantées pour évoluer et nous créer sur-mesure notre équilibre travail – vie personnelle adapté.

1. Oser prendre du temps pour soi pour faire le plein d’énergie

Oui, les journées ne contiennent que 24h et sont régulièrement pleines d’injonctions à la productivité et à l’efficacité!

De plus, la valeur forte qui nous anime et nous pousse à oeuvrer pour favoriser le bien-être des autres, aussi bien dans notre sphère professionnelle que concernant notre entourage personnel, tend naturellement également à nous amener à considérer « normal » de nous faire passer après.

Hors, pour imaginer dépenser à bon escient notre énergie encore nous faut-il en posséder suffisamment en réserve…

Donc, pour commencer, pensons à nous ressourcer : placer notre santé et notre bien-être en priorité est un incontournable lorsque nous exerçons dans le soin aux autres.

Ne serait-ce que pour montrer l’exemple, en appliquant nos propres conseils! 😉

Et nous octroyer du temps pour nous est loin d’être un acte égoïste puisqu’il permet de nous mettre dans les meilleures conditions d’ouverture et d’aide à l’autre au quotidien.

Faire ce choix ne devrait d’ailleurs pas nous faire culpabiliser puisqu’il diminue notre fatigabilité à l’effort, notre irritabilité et la marge d’erreurs dans nos gestes et prises de décisions.

Nous sentir bien nous amène de multiples bénéfices dans nos relations aux autres, cela fluidifie nos interactions et constitue par conséquent un véritable gain de temps.

Et, bonne nouvelle, 5 petites minutes grappillées par ci par là et régulièrement renouvelées, c’est tout à fait réalisable!

2. S’interroger sur sa perception du juste équilibre travail – vie personnelle

Tout le monde ne voit pas « midi à sa porte » de la même manière. Et, à force d’avancer « la tête dans le guidon », il y a plein de questions à côté desquelles nous passons inconsciemment alors qu’il serait réellement profitable d’y regarder de plus près.

Que représente la notion même d’équilibre pour nous? Est-ce quelque chose de fixe ou de mouvant? De quoi notre équilibre se compose-t-il lorsque nous mettons notre travail et notre vie personnelle dans la balance?

D’ailleurs, au fond, que signifie travailler à nos yeux? Est-ce notre vision personnelle, une vision qui nous a été transmise (par notre famille, des personnes de notre entourage, la culture dans laquelle nous évoluons, etc.), ou un mélange des deux?

Et concernant notre vie personnelle, avons-nous repéré quels en sont les éléments essentiels pour nous y sentir réjouie et à notre juste place?

De plus, il peut être pertinent de nous interroger sur notre conception des limites et de la flexibilité dans la manière dont nous considérons les différentes sphères de nos vies pro et perso. Forment-elles un tout? Sont-elles séparées, inter-reliées, invariablement identiques ou fluctuantes?

Nous nous posons rarement pour mettre en pratique ce type d’introspection afin de déterminer ce qui résonne en nous et fait sens pour nous. Hors, avoir connaissance et conscience de ce à quoi nous aspirons nous aide grandement dans nos choix.

Et si nous questionner seule nous semble délicat, il est toujours possible de nous tourner vers une ou plusieurs autres personnes pour échanger et ainsi découvrir de nombreux points de vue.

L’idée ici n’est pas tant de dresser des tableaux idéaux qui nous sembleraient inatteignables que de simplement nous autoriser à prendre du recul sur nos routines de fonctionnement pour les ajuster si nécessaire.

3. Prendre conscience des changements à sa portée pour se sentir vraiment bien

Sans nous accorder la chance de regarder en face nos zones d’inconfort, nos possibilités de voir les changements que nous pourrions opérer ne nous apparaîtraient-elles pas plus réduites, voire inexistantes?

Ainsi, le seul fait de nous rendre compte que quelque chose semble dysharmonieux dans notre équilibre travail – vie personnelle nous ouvre le champ des possibilités pour y remédier.

« Science sans conscience n’est que ruine de l’âme. » François Rabelais

La prise de conscience, quel fantastique ingrédient magique!

Une fois notre tête et notre corps reposés d’avoir pris du temps pour nous, après nous être prêtée au jeu de la pensée disruptive en nous questionnant en dehors de nos habitudes, de nouvelles graines peuvent alors commencer à germer grâce à cette étincelle enchantée…

Et à partir de là, gardons l’esprit et les sens alertes pour faire la part des choses et déterminer ce sur quoi nous avons vraiment la main pour agir pour notre bien.

Ici, nul besoin de nous embarrasser de ce qui n’est pas de notre ressort (à quoi bon continuer à imaginer tenir et nous accrocher à ce sur quoi nous n’avons pas prise?), l’important est de nous focaliser sur ce que nous pouvons réellement modifier.

4. S’autoriser à opérer, par essais – erreurs progressifs, les modifications judicieuses dans son quotidien

Si nos changements souhaités, pourtant identifiés comme résolument à notre portée, nous paraissent telle « une montagne infranchissable », pourquoi ne pas envisager tout cela comme un jeu?

Oui, je sais, « c’est facile à dire »…

En même temps, l’optimiste en moi ne peut s’empêcher de considérer que, même lorsqu’à l’extérieur les apparences semblent défavorables, de nombreux leviers intérieurs existent pour nous permettre de créer des points de bascules plus favorables!

Pour relâcher la pression de l’enjeu et saisir les opportunités d’apprentissages se présentant à nous, décomposons nos actions en plusieurs étapes, directement abordables et à risques restreints, au sein desquelles se planter, recommencer et/ou changer de direction est complètement ok.

Des modifications même infimes peuvent produire de grands effets, instantanément ou mises bout à bout.

Et pour pleinement récolter les fruits de notre « laboratoire d’expérimentations », il peut également se révéler judicieux de renseigner sur un carnet nos différents essais non concluants et avancées significatives car les deux cas de figure sont riches d’enseignements.

5. Savourer chaque instant magique concordant à ses envies et ses besoins

Quand le stress chronique et la fatigue pointent le bout de leur nez, il est fréquent de nous déconnecter des plaisirs les plus simples.

Sachant, qu’en tant qu’êtres humains, nos envies et besoins sont fondamentalement semblables, la forme qu’ils peuvent prendre pour chacune d’entre nous est sujette à d’innombrables variations.

Par cette 5e clé, je nous invite à « garder nos antennes ouvertes » avec toute notre humanité et notre vulnérabilité pour nous saisir véritablement de tous ces instants fugaces de joie et d’épanouissement qui rythment, malgré tout, nos journées.

Lorsque nous les vivons et les savourons au présent, nous nous offrons la chance de repérer à quoi ils tiennent et comment ils nous font vibrer. Et chaque fois qu’ils sont à nouveau là, nous y connecter devient plus facile.

Nous nous emplissons alors de leurs bienfaits et faisons en sorte que cette magie rayonne également autour de nous.

Diane

Enchanteresse en Santé

Ostéopathe D.O et Praticienne en aroma-olfactothérapie

Coach de vie pro & perso

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s